Cher lecteur. Ca fait tellement longtemps que je n'ai pas posté que tu dois te demander si je ne suis pas morte. Non non, je suis toujours là, j'ai simplement moins le temps d'écrire par ici. Mais là, il est temps de reprendre mon clavier (oui, pas ma plume, c'est pas super adapté), parce que je commence à être très fachée. En colère. Ca bouillonne à l'intérieur, depuis un certain temps déjà.

Tout le monde s'est déjà exprimé sur le mariage pour tous, et mon avis dans ce débat n'apportera pas grand chose, mais je commence à en avoir marre d'entendre tout le temps parler de cette ignoble manif pour tous, qui dans ses actions et ses slogans insulte à peu près tous les modèles familiaux qui ne sont pas 1 père 1 mère = des enfants (donc la mienne, tiens, au passage). Donc toi, mère célibataire, toi, père au foyer, vous, familles recomposées, vous, parents homosexuels, vous, familles adoptantes, vous n'êtes pas de vraies familles, et en plus vous menacez la famille "normale". Ca va, vous le vivez bien ? Vous ne vous sentez pas un peu terroristes ? De ce fait, ça serait quand même scandaleux que tout ce beau monde ait le droit d'avoir des enfants vous ne trouvez pas ? On sait jamais, ils pourrait être déséquilibrés par tout ça. Donc si vous n'êtes pas un couple hétéro parents biologiques, vous n'avez pas le droit aux même droit, si on suit la logique de la manif pour tous. Sauf que comme y'a un peu que les homosexuels qui sont concernés par ce problème, on se retrouve face à une manif complètement homophobe.

Car oui : vouloir priver quelqu'un des mêmes droits que soi sous prétexte que son modèle familial (ou sa couleur de peau, ou son sexe, ça marche aussi... Rappelez-vous, il n'y a pas si longtemps, les années 40, le droit de vote des femmes, tout ça tout ça...) ne nous plait pas, c'est de la discrimination. Dans le cas qui nous intéresse, c'est de l'homophobie. Voilà, si c'est pas assez clair pour vous, je vous conseille de lire cet article de Silver.

Voilà. Toutes les excuses pour s'en dédouaner ne sont que pure hypocrisie.

2013-01-19 15

Le problème, dans ce fameux modèle-familial-soit-disant-normal-qui-vaut-mieux-que-les-autres, c'est qu'il est carrément sexiste en fait. Il suppose que pour se développer correctement, un enfant a forcément besoin d'un papa et d'une maman, comme s'il existait des différences de comportement inné chez l'homme et la femme (si vous croyez cela, lisez quelques articles comme ceux de Dame_Moustache par exemple, et peut-être que cela vous fera réfléchir un peu). Cette idée que l'homme est viril, qu'il ne pleure pas, qu'il est fort, qu'il s'occupe du bricolage, et que la femme est douce, maternelle, sensuelle et qu'elle fait la cuisine et le ménage. PAR EXEMPLE. J'ai d'ailleurs lu sur un slogan de la manif pour tous "un papa pour les guilis, une maman pour les bisous" (sériously ?). Je pense que sans une évolution de ce côté-là, le débat ne risque pas d'avancer.

Ah oui, y'a une autre chose qui m'agace profondément dans ces manifs pour homophobes : cette appropriation du mot "peuple". NON vous n'êtes pas le peuple. Vous êtes un bout du peuple, une infime partie (hé, oh, on est 65 millions quand même, vous êtes combien vous ? Oh, wait. 300 000 pélos. Oui, pas beaucoup plus, hein).

Bref, je suis très fachée contre ces gens qui sont d'une violence sans nom envers toutes ces familles qui ne rentrent pas dans leur moule. Sauf que c'est pas parce qu'on n'est pas d'accord avec un mode de vie qu'on doit le nier : les familles homoparentales existent, et elles ont besoins de droits. Et vite !!

2013-01-19 15

J'ajoute à cet article le témoignage de ma copine Julie, parce qu'elle aussi elle en a marre :

"J'aimerais que ce soit un cauchemar, quand j'entends tout ce que j'entends, ces temps-ci. Quand je vois cette image immonde placardée dans les rues de ma ville. J'aimerais que l'homophobie soit un mot inventé de toute pièce, un truc qui n'existe pas. Mais non. Tout ça existe. Toute cette haine existe. Ces manifestations qui rassemblent des centaines de milliers d'ignorants détestables existent. Et moi j'ai juste envie de m'asseoir dans un coin et de pleurer. J'ai envie de me lamenter sur cette absence de réflexion ahurissante. Je ne comprends pas. Comment on peut faire des amalgames comme ça. Associer les homosexuels à des délinquants sexuels, des détraqués, des terroristes. Comment peut-on encore penser que les hommes qui aiment les hommes ou que les femmes qui aiment les femmes sont contre-nature, une abomination totale, une erreur du monde... Comment, dans ce pays des Lumières, des Droits de l'Homme, peut-on condamner l'orientation sexuelle de son voisin, sous prétexte qu'elle ne colle pas point par point à cette bien-aimée "norme"? Comment peut-on en arriver à haïr à ce point ce qu'on ne connait pas, qu'on ne comprend pas? Pourquoi le réflexe de l'humain reste cette haine, au lieu de s'ouvrir à la curiosité? Moi, j'ai mal quand j'entends que je suis pas normale. Oui, je fais maintenant ma vie avec un Homme merveilleux et je compte bien finir mes jours avec. Mais qui sait? J'ai déjà vécu dix mois de ma vie aux côtés d'une demoiselle, qui me dit que "si jamais", ça ne se reproduira pas ? Et parce que j'aime une personne, qu'elle soit de sexe masculin ou féminin, je suis un monstre ? Parce que je m'intéresse à la personne avant de juger le contenu de son froc, je suis un monstre ? Parce que je peux regarder, désirer, aimer une femme, je suis un monstre ? Depuis quand peut-on se permettre de juger les amours des autres ? Depuis quand je juge les vôtres ? Est-ce qu'un jour il m'est venu à l'esprit de défiler dans la rue pour vous refuser les droits que j'ai, moi ? Comment peut-on se déplacer, fouler le bitume pendant des heures au nom de la haine, de l'inégalité? Comment est-ce possible, envisageable de défiler pour priver les autres de la liberté d'agir que vous avez ? Pourquoi est-ce qu'on en vient à refuser aux autres le droit fondamental et naturel de pouvoir fonder une famille ? Pourquoi ces amours ne seraient pas aussi légitimes que les vôtre s? Je ne trouve pas les mots pour exprimer à quel point je suis blessée, atterrée, outrée, scandalisée... J'ai l'impression de vivre sur une autre planète, et d'assister à la déchéance de celle-ci. Je ne sais plus quoi dire à ce sujet. J'ai l'impression que tous mes mots ont été évacués dans la colère que je me traine depuis des mois, depuis décembre dernier et cette première "manifestation pour tous" gerbante. Je sais que vous ne gagnerez pas. Que votre étroitesse d'esprit minable et répugnante ne gagnera pas. Je sais que le bon sens et l'égalité vaincront. Que le droit à vivre l'Amour, le droit d'avoir une famille triomphera. Je sais qu'un jour, dans quelques décennies, on trainera vos noms dans la boue, vous les intolérants qui auront milité pour l'inégalité. Je sais que vous serez vus comme ces fanatiques fous furieux qui ont un jour manifesté contre les droits de la femme, ou des Noirs. Mais en attendant, vos mots et vos actes tuent des millions de gens dans ce monde, à petit feu. En attendant, votre venin acide contamine trop de cœurs en peine... Mais je vous le promets. Un jour vous payerez pour ça."