"Vous avez trois sortes d'amis : ceux qui vous aiment,

ceux qui ne se soucient pas de vous, et ceux qui vous haïssent."

C'est marrant comme les amitiés vont et viennes. Ce sont les gens que j'étais persuadé de ne jamais perdre que j'ai toujours gardé, et avec ces gens là, la distance n'empêche rien. L'amitié est la même. En fait c'est comme si en devenant ami avec quelqu'un, je savais déjà à l'avance si j'allais plus tard le perdre ou non. Et puis il y a les autres. Ceux que j'aurais voulu garder et que j'ai quand même perdu. Ceux-là se divisent en deux catégories : ceux qui ont cessé de me donner des nouvelles et qui du jour au lendemain m'ont zappé de leur vie sans que je sache pourquoi, et ceux qui m'écrivent une fois par an pour mon anniversaire en me disant "faudra qu'on se revoit ;)" et que je ne revois jamais.

Notons une troisième sorte d'amis, les plus mesquins et les plus fourbes ; ceux qui, du jour au lendemain, vous n'avez soudain plus envie de voir et que la simple pensée d'eux vous rend malade. Est-ce que c'est de cette façon que j'ai perdu des gens? Certains qui se disaient mes amis n'avaient-ils plus envie de me voir? Maybe. En tout cas, pour ma part, cela m'est rarement arrivé et heureusement. Je cherche d'ailleurs encore le point de non retour qui nous a conduit à ne plus être amis. Un jour vous passez votre temps avec une personne et le lendemain, vous n'avez plus envie de lui parler.

En repensant à tout ce qui s'est passé au lycée, je n'arrive plus à avoir de regrets. C'est comme si tout n'était plus qu'un rêve, comme si rien n'avait vraiment existé. Je suis sortie de cette bulle, pleine de joie et de peine, et je ne veux garder que le bon. Le reste, je m'en fous, et comme dirait Piaf : "Non, je ne regrette rien. Ni le bien qu'on m'a fait, ni le mal, tout cela m'est bien égal !"

Je me fous du passé !

1730379376

Pour cette occasion, il est de bon ton de ressortir cette vieille photo.