Je me sens comme tirée vers le bas par mes années lycée, émotionnellement parlant je veux dire. Comme quoi, parfois, c'est dangereux de relire ses vieux journaux intimes.

" Alors tu vois, comme tout se mêle
Et du coeur à tes lèvres, je deviens un casse-tête
Ton rire me crie, de te lâcher
Avant de perdre prise, et d’abandonner
Car je ne t’en demanderai jamais autant
Déjà que tu me traites, comme un grand enfant
Nous n’avons plus rien à risquer
A part nos vies qu’on laisse de coté "

Maintenant c'est con, il suffit que j'écoute "Welcome home" de Radical Face pour repartir en arrière et avoir envie de chialer. C'est trop bizarre. Comme si 5 ans de ma vie ne s'étaient pas écoulés, comme si j'avais de nouveau 16 ans et des rêves d'évasion plein la tête, le coeur en friche et des étoiles dans les yeux. Tu vois, je repense à vous et ça me fait tout drole. Comme si on allait se revoir demain, avec nonchalance, sans sentir venir ce grand gouffre douloureux qui va éclater entre nous.

"Il y a bien les souvenirs, mais quelqu'un les a électifiés et connectés à nos cils, quand on y pense on a les yeux qui brulent."

Sommes nous morts ?

h