P__Ted_Bundy_wantedAvec tous ces livres que je lis qui parlent tous plus ou moins du même sujet (tueurs en série, enfants tueurs, enfants mal-aimés, femmes tueuses... enfin vous avez compris), j'ai matière à réfléchir. Je trouve que même si la raison qui a poussé ces gens à agir de cette manière n'est pas forcément évidente, il est aisé de comprendre comment ils ont pu en arriver là.
Je pense que lorsque l'on se penche plus sérieusement sur leur environnement familial, leur enfance, on peut plus facilement se mettre à leur place (ce qui n'excuse pas leur geste, je vous l'accorde).

Bref.

Tout ça pour en venir au fait : je ne comprend pas le point de vue des gens qui croient à la théorie de la psychogénèse (le tueur-né ou, si vous préférez, la pensée qu'il y a un gène "serial killer" --' Ben voyons...). Tout comme je suis abasourdie lorsque j'entends le discours fataliste : "de toute façon on a pas vraiment le choix, tout n'est que cause à effet, ça devait arriver". oO Euh... Sachez que je me prend la tête avec mon ami Florent dès que l'on se met à parler de ça. Mais je n'irais pas plus loin, vous n'aurez qu'à lire mon article sur l'existentialisme (si ce n'est pas déjà fait) ici.


Non seulement, à mes yeux, nous sommes maître de notre vie, mais en plus notre environnement joue un grand rôle sur notre développement. Il est pour moi évident qu'un enfant élevé par des parents absents (mentalement ou physiquement), sans recevoir aucun amour, a beaucoup moins de chances de s'épanouir correctement qu'un enfant élevé dans une ambiance chaleureuse. Mais je pense également que ce n'est pas pour autant qu'il ne peut se prendre en main, trouver une autre source d'amour que dans la figure parentale et trouver une adaptation sociale.
La question qui me vient à présent est : pourquoi certains et pas d'autres ? Est-ce une question de faiblesse psychologique ? De caractère ?
J'avoue que je me pose encore la question.

(photo : Ted Bundy, le serial killer qui me fascine et m'intrigue le plus).