Désillusion partielle. Nymphe éphémère.

18 octobre 2013

Love is dangerous for your tiny heart, even in your dreams so please dream softly...

Hum ça fait un bail que j'ai pas écrit... Plus de 6 mois en fait. Il est temps de rattraper ça cher lecteur (si tu es toujours là, sinon c'est pas grave, j'aime écrire dans le vide, c'est pas un problème).

 

Donc.

 

Comme tu le sais sans doute (ou pas d'ailleurs), ma vie a pris un tournant assez radical ces trois derniers mois puisque je me suis séparée de Tim et que je n'ai pas été reçue en master 2. Je suis donc dans ce qu'ils appelle une "année de rupture" (oui c'est vrai que c'est le mot). Et du coup, en attendant, je fais des plans. J'aime bien faire des plans, tu sais, c'est plutôt cool. J'écris aussi, mais ça, c'est pas nouveau. Et comme j'ai pas mal de temps libre (oh bah oui quoi, faut bien se remettre), je relis mes vieux textes de lycéenne naïve et perdue. Et je me rend compte que ma pensée n'a pas tant changé que ça.

Vous vous rappelez, en terminale, j'avais écrit ça. Je suis retombée dessus mercredi et je me suis dit "WTF mais c'est toujours la même chose qui m'angoisse depuis 5 ans et demi didon !" Tant qu'à faire, n'évoluons pas, soyons fous. Quatre ans de fac de psycho et je suis toujours aussi névrosée (en même temps, ça se saurait si les études de psycho rendait les gens moins fous haha).

Ensuite j'ai écrit ça (oui apparemment j'étais en forme à cette période). Notez surtout la 2e partie hin. J'ai relu ce truc et j'me suis dit "miladiou (oui ça change un peu de WTF), j'étais quand même bien désillusionnée à cette époque. Wait a minute, je le suis toujours en fait." Oui, bon... Peut-être pas pour les mêmes raisons qu'à 17 ans mais quand même. J'avais pas réfléchi à tout ça depuis à peu près 4 ou 5 ans donc forcément... Mais en fait, je le pense toujours je crois.

 

Bref. Je t'épargne la suite de mes réflexions profonde (or not) cher lecteur car bientôt on va toucher le fond je crois (et creuser encore haha). A part ça, rien de spécial, je vis en colocation avec un chat qui me fait des calins tout le temps et qui perd ses poils, je suis dans l'incertitude de chaque mois de ma vie à venir mais sinon, je vais bien. En plus je suis amoureuse, non mais t'y crois toi ? Moi non plus. J'en suis encore comme deux ronds de flan (cette expression est étrange, tu ne trouves point ?).

 

Ah oui, et sinon, je suis aussi ici, tu peux y faire un tour si tu veux (mais tu n'es point obligé). Il y a beaucoup de bordel, principalement du militantisme féministe, des séries TV et des trucs que je trouve cool. Et surtout de l'amuuuur ! (hem)


A la prochaine, cher lecteur (je ne sais pas quand, car j'aime bien te pondre des articles soporifiques du jour au lendemain, comme ça, six mois plus tard. C'est pour voir si tu suis).

tumblr_mfecye6CdP1qf7otvo1_500

Ce dessin illustre vachement bien ma vie en ce moment.

Posté par nymphetameen à 12:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


31 mars 2013

Militantisme exacerbé (ou exaspéré)

Cher lecteur. Ca fait tellement longtemps que je n'ai pas posté que tu dois te demander si je ne suis pas morte. Non non, je suis toujours là, j'ai simplement moins le temps d'écrire par ici. Mais là, il est temps de reprendre mon clavier (oui, pas ma plume, c'est pas super adapté), parce que je commence à être très fachée. En colère. Ca bouillonne à l'intérieur, depuis un certain temps déjà.

Tout le monde s'est déjà exprimé sur le mariage pour tous, et mon avis dans ce débat n'apportera pas grand chose, mais je commence à en avoir marre d'entendre tout le temps parler de cette ignoble manif pour tous, qui dans ses actions et ses slogans insulte à peu près tous les modèles familiaux qui ne sont pas 1 père 1 mère = des enfants (donc la mienne, tiens, au passage). Donc toi, mère célibataire, toi, père au foyer, vous, familles recomposées, vous, parents homosexuels, vous, familles adoptantes, vous n'êtes pas de vraies familles, et en plus vous menacez la famille "normale". Ca va, vous le vivez bien ? Vous ne vous sentez pas un peu terroristes ? De ce fait, ça serait quand même scandaleux que tout ce beau monde ait le droit d'avoir des enfants vous ne trouvez pas ? On sait jamais, ils pourrait être déséquilibrés par tout ça. Donc si vous n'êtes pas un couple hétéro parents biologiques, vous n'avez pas le droit aux même droit, si on suit la logique de la manif pour tous. Sauf que comme y'a un peu que les homosexuels qui sont concernés par ce problème, on se retrouve face à une manif complètement homophobe.

Car oui : vouloir priver quelqu'un des mêmes droits que soi sous prétexte que son modèle familial (ou sa couleur de peau, ou son sexe, ça marche aussi... Rappelez-vous, il n'y a pas si longtemps, les années 40, le droit de vote des femmes, tout ça tout ça...) ne nous plait pas, c'est de la discrimination. Dans le cas qui nous intéresse, c'est de l'homophobie. Voilà, si c'est pas assez clair pour vous, je vous conseille de lire cet article de Silver.

Voilà. Toutes les excuses pour s'en dédouaner ne sont que pure hypocrisie.

2013-01-19 15

Le problème, dans ce fameux modèle-familial-soit-disant-normal-qui-vaut-mieux-que-les-autres, c'est qu'il est carrément sexiste en fait. Il suppose que pour se développer correctement, un enfant a forcément besoin d'un papa et d'une maman, comme s'il existait des différences de comportement inné chez l'homme et la femme (si vous croyez cela, lisez quelques articles comme ceux de Dame_Moustache par exemple, et peut-être que cela vous fera réfléchir un peu). Cette idée que l'homme est viril, qu'il ne pleure pas, qu'il est fort, qu'il s'occupe du bricolage, et que la femme est douce, maternelle, sensuelle et qu'elle fait la cuisine et le ménage. PAR EXEMPLE. J'ai d'ailleurs lu sur un slogan de la manif pour tous "un papa pour les guilis, une maman pour les bisous" (sériously ?). Je pense que sans une évolution de ce côté-là, le débat ne risque pas d'avancer.

Ah oui, y'a une autre chose qui m'agace profondément dans ces manifs pour homophobes : cette appropriation du mot "peuple". NON vous n'êtes pas le peuple. Vous êtes un bout du peuple, une infime partie (hé, oh, on est 65 millions quand même, vous êtes combien vous ? Oh, wait. 300 000 pélos. Oui, pas beaucoup plus, hein).

Bref, je suis très fachée contre ces gens qui sont d'une violence sans nom envers toutes ces familles qui ne rentrent pas dans leur moule. Sauf que c'est pas parce qu'on n'est pas d'accord avec un mode de vie qu'on doit le nier : les familles homoparentales existent, et elles ont besoins de droits. Et vite !!

2013-01-19 15

J'ajoute à cet article le témoignage de ma copine Julie, parce qu'elle aussi elle en a marre :

"J'aimerais que ce soit un cauchemar, quand j'entends tout ce que j'entends, ces temps-ci. Quand je vois cette image immonde placardée dans les rues de ma ville. J'aimerais que l'homophobie soit un mot inventé de toute pièce, un truc qui n'existe pas. Mais non. Tout ça existe. Toute cette haine existe. Ces manifestations qui rassemblent des centaines de milliers d'ignorants détestables existent. Et moi j'ai juste envie de m'asseoir dans un coin et de pleurer. J'ai envie de me lamenter sur cette absence de réflexion ahurissante. Je ne comprends pas. Comment on peut faire des amalgames comme ça. Associer les homosexuels à des délinquants sexuels, des détraqués, des terroristes. Comment peut-on encore penser que les hommes qui aiment les hommes ou que les femmes qui aiment les femmes sont contre-nature, une abomination totale, une erreur du monde... Comment, dans ce pays des Lumières, des Droits de l'Homme, peut-on condamner l'orientation sexuelle de son voisin, sous prétexte qu'elle ne colle pas point par point à cette bien-aimée "norme"? Comment peut-on en arriver à haïr à ce point ce qu'on ne connait pas, qu'on ne comprend pas? Pourquoi le réflexe de l'humain reste cette haine, au lieu de s'ouvrir à la curiosité? Moi, j'ai mal quand j'entends que je suis pas normale. Oui, je fais maintenant ma vie avec un Homme merveilleux et je compte bien finir mes jours avec. Mais qui sait? J'ai déjà vécu dix mois de ma vie aux côtés d'une demoiselle, qui me dit que "si jamais", ça ne se reproduira pas ? Et parce que j'aime une personne, qu'elle soit de sexe masculin ou féminin, je suis un monstre ? Parce que je m'intéresse à la personne avant de juger le contenu de son froc, je suis un monstre ? Parce que je peux regarder, désirer, aimer une femme, je suis un monstre ? Depuis quand peut-on se permettre de juger les amours des autres ? Depuis quand je juge les vôtres ? Est-ce qu'un jour il m'est venu à l'esprit de défiler dans la rue pour vous refuser les droits que j'ai, moi ? Comment peut-on se déplacer, fouler le bitume pendant des heures au nom de la haine, de l'inégalité? Comment est-ce possible, envisageable de défiler pour priver les autres de la liberté d'agir que vous avez ? Pourquoi est-ce qu'on en vient à refuser aux autres le droit fondamental et naturel de pouvoir fonder une famille ? Pourquoi ces amours ne seraient pas aussi légitimes que les vôtre s? Je ne trouve pas les mots pour exprimer à quel point je suis blessée, atterrée, outrée, scandalisée... J'ai l'impression de vivre sur une autre planète, et d'assister à la déchéance de celle-ci. Je ne sais plus quoi dire à ce sujet. J'ai l'impression que tous mes mots ont été évacués dans la colère que je me traine depuis des mois, depuis décembre dernier et cette première "manifestation pour tous" gerbante. Je sais que vous ne gagnerez pas. Que votre étroitesse d'esprit minable et répugnante ne gagnera pas. Je sais que le bon sens et l'égalité vaincront. Que le droit à vivre l'Amour, le droit d'avoir une famille triomphera. Je sais qu'un jour, dans quelques décennies, on trainera vos noms dans la boue, vous les intolérants qui auront milité pour l'inégalité. Je sais que vous serez vus comme ces fanatiques fous furieux qui ont un jour manifesté contre les droits de la femme, ou des Noirs. Mais en attendant, vos mots et vos actes tuent des millions de gens dans ce monde, à petit feu. En attendant, votre venin acide contamine trop de cœurs en peine... Mais je vous le promets. Un jour vous payerez pour ça."

Posté par nymphetameen à 20:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

06 décembre 2012

Si vide d'espoir est le monde du dehors que deux fois plus précieux m'est le monde du dedans.

Aujourd'hui, j'ai eu la grande et fantastique idée d'aller regarder les statistiques de mon blog. Mais si, vous savez bien, ce paramètre qui nous permet de savoir la fréquence des visites, ainsi que comment les gens se sont retrouvé chez nous ! Croyez moi, c'est comique !

 

Alors sachez que par le plus incroyable des hasard, mon article le plus vu est celui qui s'intitule "va sucer des bites en enfer, petite conasse branchouille", car les gens cherchent des trucs du genre "sucer des bites", "suce ma bite conasse" et autres réjouissances :D je suis ravie, ils ont du être bien déçus ! Hihi ! Suivent le plus poétique "sans toi, les émotions d'aujourd'hui ne seraient que la peau morte des émotions d'autre fois" (beaucoup de gens tapent cette phrase sur google apparemment) et... "au secours, y'a un pec qui me menace, il a un gland dans la main !" (oui oui, un inconnu est tombé sur mon blog en tapant "gland dans la main"... J'ai même eu "shtrompf jumping shtrompfette" (pourquoiiii ??). Je crois que j'attire les pervers du net.

J'ai aussi droit à des demandes plus sympa, comme "gollum krys" pour la (fausse) pub avec gollum skizo, "désillusion", "un éternel recommencement" et... Gay nu. Oui oui. Gay nu. Comme quoi, j'ai bien fait de prévenir ^^'

 

Conclusion : tu postes des articles avec des citations qui ne font marer que toi ou qui sont des phrases des plus innocentes et évidemment ce sont des mots clefs bien sales qui attirent des gens avident de masturbation frénétique.

Chouette :D

 

394555_10150750878846320_701871319_11322743_543086370_n

Posté par nymphetameen à 15:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 septembre 2012

Un papillon perdu dans une cave se persuade volontier de la mort du soleil.

Enfin du nouveau !


Bonjour, cher lecteur. Tu dois te dire que cela fait un moment que je n'ai pas posté, et tu n'as pas tort. Mais vois-tu, j'étais en colo tout le mois d'aout et pas mal occupée en juillet. A vrai dire, j'avais autre chose à faire que poster des trucs que personne ne lit (à part toi, cher lecteur adoré !). Mais passons. Nous sommes à présent en septembre, j'habite désormais à Rennes et je fais ma rentrée en master dans une semaine.

Alors depuis que je suis rentrée, je suis allé au bowling, j'ai fini deux saisons de Supernatural, je suis allé voir "Camille redouble" (c'était vraiment génial), j'ai (enfin) vu "The avendgers" (c'était pas si génial), j'ai fait des soirées jeux de carte, je suis allé au bowling, chez le coiffeur (Larusso is back !), à la braderie, à la fac, à St Malo, j'ai (peut-être) trouvé un job, j'ai bu du chouchen, pas mal de bière, j'ai fait des crèpes... J'ai surtout vu pas mal de monde ! La fac de Rennes a l'air bien (mieux que celle de Rouen), en tout cas mieux organisé ! Il me tarde de commencer les cours de crimino et de trouver un stage !!

What else ? Je fais de nouvelles rencontres, mais les gens de Rouen me manquent... Heureusement que certains ont décidé de migrer à Rennes ou dans ses alentours (spéciale dédicasse à Mathidounette et Marie-Sophie qui revient bientôt !). J'attends les autres ! ^^

Bon, alors certes, passer son temps libre à mater Supernatural, c'est pas forcément très enrichissant mais ça détend. Puis Dean est toujours aussi beau donc on y perd pas au change :p N'est-ce pas Chan ?

 

Pas d'article métaphysique aujourd'hui, c'était juste pour que vous sachiez que je suis toujours en vie et que la Bretagne, c'est cool !

P1050750

Que pensez-vous de l'homme à tête de fraise ?

Posté par nymphetameen à 12:04 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 mai 2012

Nem

PIC0023

Tu me manques tellement que ça me fait mal parfois.

Oui, j'aime les vieilles photos, et alors ?

Au fait, aujourd'hui c'est la journée contre l'homophobie, et y'a un super site qui propose des petites bédés pour faire réfléchir un peu les gens. Moi ma préférée c'est celle là : http://www.projet17mai.com/2012/05/erika-moen.html parce qu'elle parle un peu de moi :-)

Posté par nymphetameen à 13:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


05 mai 2012

Do you love me ? Oh ta gueule !

1777518952

On rencontre des gens, et puis on s'y attache. Parfois ils restent un peu, parfois longtemps, parfois toujours. Moi, je voudrai tout garder toujours. Même si je pars loin, mon coeur n'a pas de limites, et j'en laisse toujours un bout là où des gens m'aimeront.

Miaou, tu es très importante pour moi. J'ai envie que tu ne l'oublies pas.

Posté par nymphetameen à 18:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 avril 2012

Merci pour rien.

316308_10150882865610554_761600553_21182864_1683338452_n

Je n'ai pas de peine à avancer dans la vie. Enfin je ne crois pas. Là, j'ai un projet, j'ai hate d'y être, tout comme je suis triste de tout recommencer à zéro. J'ai l'impression de vivre un éternel recommencement, un nouveau départ dès que tout va pour le mieux... N'est-ce pas des plus étrange ? J'ai trouvé l'amour, des amis avec qui je suis bien, une ville sympa, et moi je prends la fuite.

Mais évidemment que tout ne va pas bien ici, sinon je resterai, que croyez-vous ? Je préfère prendre les devant plutôt qu'avoir des regrets. Et si je reste ici, je sais que j'en aurai. Je dis que je pars pour mes études, c'est vrai. Je ne pourrais pas m'épanouir en M1 à Rouen étant donné le programme. Mais il n'y a pas que ça, tu le sais. Il y a aussi la ville, et tout ce qui va avec. Non pas que je ne l'aime pas, cette ville. Je me suis faite en elle. Mais elle me lasse, elle me fatigue. Je veux du nouveau. Je veux du changement. Quitte à avoir les études et le changement, autant foncer. Ben oui, changer de vie, ça fait flipper, mais c'est tellement excitant !

Je me demande si j'arriverai un jour à me poser, à passer plus de 3 ans dans un même endroit. Est-ce que tout finira par me lasser ? Qu'est-ce qui fait que j'éprouve le besoin de partir ? Avant, c'était si simple, je n'avais pas le choix. Je suivais le court selon où j'habitais, et même au lycée j'ai choisis la facilité. Maintenant je veux toujours fuir quelque part ailleurs, toujours loin de la base, toujours loin de chez moi. C'est curieux, ça m'intrigue. Mais c'est si bon, en même temps.

Posté par nymphetameen à 17:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 février 2012

Je vais t'aimer demain, aujourd'hui je ne te connais pas encore.

Sans amis dans la vie, on ne serait que l'ombre de soi-même.

"Mais si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Je serai pour toi unique au monde. Tu seras pour moi unique au monde."

C'est bon de vous avoir trouvé.

 

Posté par nymphetameen à 22:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 janvier 2012

Va sucer des bites en enfer, petite connasse branchouille.

gollum

Je me suis tellement poilé devant cette image que je me dois de vous la faire partager. Du moins si vous êtes toujours là, car j'ai quand même pas mal l'impression de parler dans le vide moi, ces temps-ci. Peut-être que si je lancait un bon débat propice aux trolls, vous réagiriez peut-être. Ou pas. De toute façon j'en ferai pas, ça me gonfle les trolls. Je préfère Gollum, il est largement plus sympa, vous ne trouvez pas ?

Sinon, à part ça, j'ai 3 concerts de prévus dans les deux mois à venir n_n je suis impatiente ! Les Cowboys Fringants lundi prochain avec Mathildounette et Tim, Rammstein le 6 mars avec Laura et Eiffel le 11 avec mon frangin-qui-a-eu-son-permis (\o/). Avouez que y'a de quoi être impatient hein !

 

Inferno telegraph to the Hype.

Posté par nymphetameen à 11:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 décembre 2011

Rien n'est pour de vrai.

"Vous avez trois sortes d'amis : ceux qui vous aiment,

ceux qui ne se soucient pas de vous, et ceux qui vous haïssent."

C'est marrant comme les amitiés vont et viennes. Ce sont les gens que j'étais persuadé de ne jamais perdre que j'ai toujours gardé, et avec ces gens là, la distance n'empêche rien. L'amitié est la même. En fait c'est comme si en devenant ami avec quelqu'un, je savais déjà à l'avance si j'allais plus tard le perdre ou non. Et puis il y a les autres. Ceux que j'aurais voulu garder et que j'ai quand même perdu. Ceux-là se divisent en deux catégories : ceux qui ont cessé de me donner des nouvelles et qui du jour au lendemain m'ont zappé de leur vie sans que je sache pourquoi, et ceux qui m'écrivent une fois par an pour mon anniversaire en me disant "faudra qu'on se revoit ;)" et que je ne revois jamais.

Notons une troisième sorte d'amis, les plus mesquins et les plus fourbes ; ceux qui, du jour au lendemain, vous n'avez soudain plus envie de voir et que la simple pensée d'eux vous rend malade. Est-ce que c'est de cette façon que j'ai perdu des gens? Certains qui se disaient mes amis n'avaient-ils plus envie de me voir? Maybe. En tout cas, pour ma part, cela m'est rarement arrivé et heureusement. Je cherche d'ailleurs encore le point de non retour qui nous a conduit à ne plus être amis. Un jour vous passez votre temps avec une personne et le lendemain, vous n'avez plus envie de lui parler.

En repensant à tout ce qui s'est passé au lycée, je n'arrive plus à avoir de regrets. C'est comme si tout n'était plus qu'un rêve, comme si rien n'avait vraiment existé. Je suis sortie de cette bulle, pleine de joie et de peine, et je ne veux garder que le bon. Le reste, je m'en fous, et comme dirait Piaf : "Non, je ne regrette rien. Ni le bien qu'on m'a fait, ni le mal, tout cela m'est bien égal !"

Je me fous du passé !

1730379376

Pour cette occasion, il est de bon ton de ressortir cette vieille photo.

Posté par nymphetameen à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,